Antiquités brocante de la tour
Documentations histoire et archives du passé.
Les anciens trains de légende,
la conquête de la vitesse, la recherche de la puissance, les locomotives légendaires, tender et les bonne à tout faire.
La traction vapeur en France de 1900 à 1950, le réseau du chemin de fer français, les locomotives à vapeur qui ont toujours fascine les grands et les petits.



Page précédente

Accueil

Trains de légende
Les anciens trains de légende, 1900 à 1950.
A la conquête de la vitesse.
A la recherche de la puissance.
Les locomotives-tender, tout en un.
Les locomotives, bonne à tout faire.
- L'automotrice à vapeur Purrey du PLM
- La 230 G
- La 230 série 4000
- La 230 B PLM
- La 130 B Est
- La Mallet n° 6001
- La 230 E 93 à chaudière Velox
- La 141 R
Les locomotives légendaires.
La carte du réseau du chemin de fer français en 1934.

Documentations histoire et archives
- Les véhicules anciens d'autrefois.
- Les anciens trains de légende.
- Le guide du meuble ancien.
- Exposition de divers collections.
- Les photos d'autrefois et d'époque en noir et blanc.
- Les anciens jouets d'autrefois.
.--

Antiquités brocante de la tour
Articles à vendre
- Nos meubles anciens
et - nos bibelots anciens.
Articles déjà vendus
- Les meubles anciens
et - les bibelots anciens.
Qui sommes nous
Accueil

- -



Les locomotives, bonne à tout faire

La locomotive 130 B Est, des records de longévité pour
ces descendantes des Bourbonnais


Une locomotive qui change complètement de morphologie, comme en matière d’évolution animale, n’est pas une chose rare et la 130 B du réseau de l’Est est bien née de la locomotive type 030, série 0250 à 0766. elle-même déjà une variante du type Bourbonnais.

C’est un exemple très intéressant de l’évolution du matériel ferroviaire dont, pourtant, on pense qu’il est immuable et construit pour durer tel quel.



Les 130-B de l’Est n’ont jamais connu que des discrets trains de marchandises, courts et légers, et parfois, quelques trains omnibus.

Caractéristiques techniques
- Type, 130
- Date de construction, 1860 à 1884
- Date de reconstruction, 1905
- Moteur, 2 cylindres simple expansion ou compound
- Cylindres simple expansion,  480 x 660 mm
- Cylindres haute pression compound, 480 x 660 mm
- Cylindres basse pression compound, 620 x 660 mm
- Diamètre des roues motrices, 1 420 mm
- Diamètre des roues porteuses, 900 mm
- Surface de la grille du foyer, 2,06 m²
- Surface de chauffe, 106,2 m² à 106,8 m²
- Surface de surchauffe, 28,9 m² à 38,8 m²
- Pression de la chaudière, 16 kg/cm²
- Diamètre du corps cylindrique, 1 436 mm
- Masse, 53,3 t à 54,3 t
- Contenance du tender en eau, 7,5 t à 20,90 t
- Contenance du tender en charbon, 2,5 t à 6 t
- Masse en charge, 23,37 t à 45,89 t
- Longueur, 9,79 m
- Masse totale, 76, 67 t à 100,19 t
- Vitesse, 80 km/h

- Nées de la transformation, par les ateliers de la Compagnie, d’antiques locomotives type 030 à tender séparé, avec construction d’une nouvelle chaudière et adjonction d’un essieu porteur avant, ces machines se répartissent en plusieurs sous-séries.


Une généalogie compliquée

Les 48 premiers exemplaires compound et les 92 derniers à simple expansion ont la même chaudière proche, techniquement, de celle des 230 mixtes de la série 3500-3600 du même réseau.
- Les compound à 2 cylindres un haute-pression et un basse-pression sont, pour certaines, dotées d’un sécheur de vapeur, et deux d’entre elles, les 30-311 et 30-323, reçoivent un surchauffeur Schmidt à 18 éléments.
- La surchauffe fut également appliquée à 20 exemplaires à simple expansion, et sorties des ateliers en 1909 et 1910.
- Les 70 machines transformées de 1910 à 1913 restent à simple expansion et sont toutes munies d’un surchauffeur Schmidt.
- Les dernières locomotives transformées, entre 1913 et 1926, sont aussi à simple expansion, et sans surchauffe, les solutions les plus simples ayant, à l’expérience, dicté leur bien-fondé.


Leur carrière, une discrétion exemplaire

Les 30 250 à 30 766 Est font un remarquable service que l’on qualifie, faute de mieux, de mixte, c’est-à-dire qu’elles font tout ce qui se présente sur les petites lignes de la compagnie, trains de marchandises, trains mixtes marchandises et voyageurs, trains omnibus pour voyageurs sur petites et même grandes lignes.


Une très rare photo en couleur de la 130 B Est pendant ses derniers jours de servke.

- Elles sont affectées à de très nombreux dépôts, comme ceux de Troyes, Chaumont, Culmont, Chalindrey, Longueville, Epinal, Chalons, Belfort, Reims, etc.
- Elles sont très robustes, endurantes en service, et ont la qualité la plus appréciée des dirigeants des compagnies de chemin de fer l’économie des coûts, tant en matière de consommation que d’entretien.
- À la création de la SNCF, l’intégralité de ces 140 locomotives est encore en service.
- Les locomotives compound forment la série 130 A, 0250 à 0478 et les locomotives à simple expansion forment la série 130 B prises entre les 0254 à 0489, plus les 0701 à 0756.


Encore formant la série 8 du réseau de l’Est, les 30 1000 remorquent déjà les trains de marchandises sur lignes secondaires qui sont leur destin.

- En 1957 l'ensemble des machines compound ont disparu, la SNCF leur préférant les machines à simple expansion plus robustes.
- De celles-ci, il restait encore en service encore 32 exemplaires en 1958, et les dernières sont réformées en 1969 à Gray, baffant, sans nul doute, un record de longévité en France avec 109 années de bons et loyaux services, d’après le Jean Gillot.


Les services sur les lignes non SNCF

Les réseaux privés des CFS et des CFA, qui possèdent les lignes autour de Gray ou d’Épinai, ou de St-Dizier à Doulevant, louent 20 de ces locomotives à la SNCF.
- Elles en apprécient la robustesse et la facilité de conduite et d’entretien.
- C’est ce qui vaut à ces locomotives un sursis jusqu’en 1969.
- La 130 B 476, préservée par une association, I’AJECTA, est en état de restauration parfaite et peut être vue en marche au dépôt de Longueville, en Seine-et-Marne.


Issue de la Bourbonnais

La compagnie du Nord, en 1846, commande une série de locomotives 030 à tender séparé et cylindres extérieurs que l’ingénieur Hauel des Ets.Derosne & Cail à Chaillot étudie.
- D’autres compagnies s’intéressent à cette locomotive, comme le Paris-Lyon, le Rhône-et-Loire, le Lyon-Méditerranée, le Grand-Central, etc., car il s’agit d’une excellente machine.


La Bourbonnais, ancêtre de la 130-B.

- Les Bourbonnais de ces nombreux réseaux font leur carrière en tête de trains de marchandises sur l’axe Paris-Lyon-Marseille et autour de St-Etienne, Roanne, Langeac, Langogne, Clermont-Ferrand, et d’autres lignes du Massif central.
- En 1880 les dernières Bourbonnais sont livrées aux différents réseaux, et le parc total de plus de 1450 locomotives est désormais l’objet de transformations, certaines devenant des 130, des 040, d’autres devenant des locomotives-tender, ou recevant de nouvelles chaudières, de nouvelles cabines de conduite, un système de freinage plus perfectionné, etc.
- On notera que, très robustes et très économiques, ces locomotives ont battu des records de longévité en service, ce qui est le cas de la 3-A-1, construite en 1855, étant encore en service en 1946 à Villeneuve-St-Georges, ce qui fait 91 années de bons et loyaux services, aucun autre engin de transport mécanique, ni routier, ni aérien, n'a, à notre connaissance, duré aussi longtemps!


Images de la locomotive, 130 B Est


La 130 B Est pendant ses derniers jours de servke.

La série 8 du réseau de l’Est, les 30 1000 remorquent les trains de sur lignes secondaires.

La Bourbonnais, ancêtre de la 130-B.

Les 130-B de l’Est n’ont jamais connu que des discrets trains de marchandises, courts et légers, et parfois, quelques trains omnibus.




- -



Page précédente

Pour s'inscrire à notre lettre d'informations, mailing list :      
 
                                       Entrer votre adresse mail ci-dessus et cliquez sur Envoyer.
- -

Copyright © antiqbrocdelatour.com 2000 / 2017.
Documentations histoire et archives du passé. Les anciens trains de légende.
Contact Hébergeur : ovh.com